Magazine 64 - N°64

Nicolas Watteau

Ingénieur chargé des sports de nature

Une  journée avec

Le Conseil général assure l’entretien et le fléchage des 1 500 km de chemins départementaux de randonnée. Reportage au coeur de la vallée d’Aspe.

« Peu de marcheurs le savent, mais les chemins départementaux de randonnée sont aménagés et régulièrement entretenus », sourit Nicolas Watteau. Ce matin, l’ingénieur chargé des sports de nature au Conseil général s’enfonce dans un tunnel de buis qui s’élève au-dessus du gave d’Aspe. Contrôle de routine. Nous sommes du côté d’Urdos, sur le GR® 653, chemin de grande randonnée qui mène à la frontière espagnole et plus connu des pèlerins de Saint-Jacques sous le nom de voie d’Arles. « Quand je suis venu ici pour la première fois, le sentier était bouché par la végétation. On ne passait pas », se souvient Nicolas Watteau en enjambant la fine rigole qui entaille le chemin. « Nous avons dû assécher les portions les plus boueuses en creusant des fossés », pointe-t-il. Quelques mètres plus haut, l’association d’insertion Estivade Aspe Pyrénées est en action, sécateurs et débroussailleuses en main. « Nous dégageons les voies pour assurer un passage d’une largeur d’un mètre environ, tout en veillant à conserver l’aspect naturel de la végétation », souligne Romaric, responsable de la petite équipe. Le sentier rejaillit en pleine lumière et serpente le long d’une ferme isolée. Le randonneur doit déverrouiller un portillon métallique, puis un second, afin de poursuivre son ascension. Ces équipements, dont le Conseil général multiplie l’installation, préservent les chemins des piétinements du bétail tout en maintenant des passages entre les parcelles. « Nous trouvons des solutions en partenariat avec les agriculteurs et nous signons des conventions de passage », explique Nicolas Watteau. Début d’après-midi. Village de Borce. Le GR® 653 croise le fameux GR® 10 (lire ci-contre). Nicolas Watteau vérifie que la nouvelle signalétique directionnelle est correctement en place. « Nous sommes parfois amenés à modifier les tracés des chemins afin de les rendre plus agréables », fait savoir Étienne Hourcade-Lamarque, technicien randonnée au Conseil général. Ce qui demande une parfaite connaissance de la géographie locale. En bordure de chemin, Nicolas Watteau soulève une pierre mousseuse. Elle dissimule l’un des quinze éco-compteurs du département qui enregistrent chaque passage de randonneur. Ces données de fréquentation permettent notamment d’anticiper les besoins d’hébergement local, tout spécialement en refuges. Fin de journée. Nicolas Watteau regagne son siège palois. Il charge sur son ordinateur les relevés du jour. Son écran affiche les distances entre chaque panneau, leurs coordonnées GPS, les temps estimés de marche, le nom des lieux-dits. Les chemins de randonnées se dessinent d’abord dans un bureau. 

En bref

1976. naissance à Périgueux.
1998. licence professionnelle Tourisme, gestion et protection de la nature, à La Roche-sur-Yon.
1999. service national au service de l’environnement du Conseil général de la Dordogne.
2000. entre au Conseil général des Pyrénées- Atlantiques comme technicien des espaces naturels et randonnées.
2011. devient ingénieur chargé des sports de nature.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Bouton Haut de page