Solidarité - Autonomie

Magazine 64 - N°67

Dimitri Pardonnet

référent handicap et maintien dans l'emploi

Une  journée avec

Il aurait pu être médecin ou magistrat. L’agent du Conseil départemental a choisi de transformer en atout la différence des personnes en situation de handicap.

Dimitri Pardonnet n’a qu’un seul objectif : faire en sorte que le handicap ne soit jamais un obstacle à l’activité professionnelle. Mieux, « la différence doit être un plus », se plaît à rappeler le référent handicap du Conseil départemental.

Ce matin-là, il a rendez-vous dans une entreprise du nord de Pau. Il doit tester du matériel spécialisé : une brosse spécialement conçue pour faciliter le nettoyage des endroits difficiles d’accès, comme les marches d’escalier. L’appareil, léger, compact, à l’ergonomie étudiée, réduit la pénibilité de ceux qui l’utilisent. Il convient aux personnes qui manquent de force dans les mains et sont obligées de faire des pauses régulières. Si le produit testé répond aux effets attendus, s’il favorise le maintien dans l’emploi et améliore les conditions de travail, Dimitri Pardonnet le présentera aux services concernés, en vue de son acquisition.

« A nous de montrer la voie »

 Il en va ainsi pour chaque handicap : du plus simple, qui nécessite par exemple un siège adapté ou un repose-pied, au plus complexe, à caractère physique ou mental et pour lequel il faut non seulement adapter l’outil, mais également les horaires de travail, en suivant des restrictions médicales précises. Dimitri Pardonnet ne transige pas : « Les accidents de la vie existent, il faut en tenir compte. Chacun de nous peut se trouver, un jour, en situation de handicap... et la solidarité doit jouer à plein. » Tout handicap peut être compensé. Dimitri Pardonnet cite l’exemple d’une personne atteinte de surdité profonde, candidate à un poste d’agent d’accueil. Difficile d’imaginer qu’elle puisse répondre au téléphone et exercer son métier dans des conditions normales. « Des logiciels existent, ils font de petits miracles. Une plate-forme de traduction simultanée affiche sur l’écran, soit par écrit, soit en langage des signes, ce que dit l’interlocuteur. La surdité n’est plus un problème », se réjouit l’agent départemental.

Fin de matinée. Dimitri Pardonnet a rendez-vous avec l’une des responsables de Cap Emploi, l’agence publique dédiée à l’emploi des personnes handicapées. Objectif : trouver les futurs candidats qui répondront aux besoins du département en matière d’embauche en définissant, le cas échéant, une forme d’accompagnement ou de suivi personnalisé.

Retour à l’hôtel du département. Le soleil pénètre largement dans le bureau où les dossiers sont soigneusement rangés. Signe d’optimisme : « 93 % des entreprises ayant recruté des personnes handicapées se déclarent satisfaites », se réjouit Dimitri Pardonnet. « Emploi et handicap ne sont pas incompatibles. A nous, collectivité publique, de montrer la voie. »

En bref

1977. Naissance à Nantes.

1996. Baccalauréat scientifique.

2000. Maîtrise de droit privé (université de Nantes). 

2001. Préparation à l’Ecole nationale de la magistrature de Bordeaux.

2003. Intègre la direction de la solidarité du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques.

2004. Gestionnaire de carrière à la direction des ressources humaines.

2011. Référent handicap et maintien dans l’emploi.

6 % de travailleurs handicapés

Le Conseil départemental compte plus de 2 000 agents. Parmi eux, 163 connaissent une situation de handicap. Un tiers seulement de ces situations nécessite des aménagements particuliers. On compte également 280 personnes soumises à des restrictions médicales, liées par exemple à des postures statiques devant un écran d’ordinateur.

Avec 6,3 % de salariés handicapés dans ses effectifs, la collectivité départementale se place au-dessus de l’obligation légale de 6 %. Elle s’est fixé un objectif de 7,4 % dans les trois ans qui viennent.

Une équipe pluridisciplinaire

Chaque dossier d’accès ou de maintien dans l’emploi est étudié au sein du pôle Santé au travail et accompagnement social, rattaché à la direction des ressources humaines (DRH) du Conseil départemental. Ce pôle réunit une équipe pluridisciplinaire : assistantes sociales, médecins de prévention, psychologue du travail, référent handicap et maintien dans l’emploi, gestionnaires administratifs. Le dossier est traité en complémentarité avec chacun des autres pôles de la DRH, ainsi qu’avec la direction et le service de l’agent concerné. 

Un suivi personnalisé

Le département a signé une nouvelle convention avec le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHP). C’est le fruit d’un travail partenarial important dans le but de favoriser l'insertion professionnelle, la formation et l'information des agents en situation de handicap, ainsi que le maintien dans l’emploi de ceux qui connaissent une situation médicale contraignante. Elle propose notamment un suivi personnalisé, adapté à chaque cas : l'aménagement d’un poste de travail, l’accès à une formation professionnelle spécifique, ou encore la mise à disposition d'auxiliaires de vie.

Bouton Haut de page