Magazine 64 - N°63

Annabelle Vergez

Animatrice locale d’insertion par l’emploi

Une  journée avec

On les appelle les Alie. Ces agents du Conseil général accompagnent chaque jour les allocataires du RSA vers l’emploi ou la formation.

Il faut casser les clichés », dit Annabelle Vergez. Animatrice locale d’insertion par l’emploi (Alie), elle accompagne depuis cinq ans des allocataires du revenu de solidarité active. « La plupart du temps, ce sont des personnes qui connaissent un accident de parcours. Ces allocataires peuvent être sans qualification mais il m’est arrivé de recevoir un docteur en physique ou encore un psychologue », cite-t-elle en exemple. Ce matin-là, elle a quitté son bureau d’Ustaritz pour Hasparren, l’une de ses permanences décentralisées. Elle s’apprête à recevoir Xavier*, dont les droits au RSA viennent tout juste d’être validés. Évelyne Achigar, assistante sociale, participe à cette première entrevue d’orientation. « Il s’agit de bien clarifier le profil et la situation du bénéficiaire, sur le plan professionnel et financier, mais aussi du logement et de la santé », explique-t-elle. Les rendez-vous s’enchaînent. Catherine*, 44 ans, multiplie les petits boulots. Elle pousse la porte du bureau avec sous le bras un projet d’auto-entrepreneur. Vincent*, jeune père de famille titulaire d’une licence, a été professeur vacataire de français. Allocataire du RSA depuis six mois, il se dirige vers un contrat de qualification de manager de rayons. « Ces rendez-vous réguliers obligent à la réflexion et à l’action. C’est à la fois un soutien pratique et psychologique », estime-t-il.

L’agenda d’un Alie est toujours bien rempli : accompagnement des allocataires, mais aussi relations avec les partenaires que sont les CAF, les organismes de formation ou les structures d’insertion. À cela s’ajoute un quadrillage de terrain pour rencontrer les employeurs. « Notre travail, c’est de mettre en relation les bonnes personnes et de tisser les réseaux que les allocataires n’ont pas », résume Annabelle Vergez. Après la pause de midi, elle file à Bayonne. Objet : la signature d’une embauche à l’Amicale de la Porte d’Espagne. Le bénéficiaire, allocataire du RSA depuis deux ans, sera chargé d’organiser des expositions d’artistes et marchés d’artisanat pour le compte de l’association. Milieu d’après-midi. Annabelle Vergez retrouve son siège d’Ustaritz pour un dernier rendez-vous de bilan. Autour de la table, Pascale Jorajuria, prestataire de services, et Philippe Certa. À 39 ans, ce dernier vient de créer son entreprise de web design, après plus d’un an de RSA. Il sort d’une dizaine de séances de coaching avec Pascale Jorajuria. « Je m’accepte déjà beaucoup mieux et cela me permettra d’être plus à l’aise, socialement et surtout professionnellement », analyse-t-il. Annabelle Vergez sourit. « Nous sommes là pour aider les gens à s’en sortir, quel que soit leur profil. »

En bref

1977. Naissance à Lisieux (Calvados).
2001. Maîtrise en management du tourisme. Chef de produit dans une agence de voyages de Lille.
2005-2006. Naissance de ses deux enfants.
2007. Association pour la promotion sociale et professionnelle (Biarritz).
2009. Animatrice locale d’insertion par l’emploi au Conseil général.

Bouton Haut de page