Le Département des Pyrénées-Atlantiques s’engage dans le plan pauvreté aux côtés de l’Etat

Garant des solidarités humaines, le Département accompagne et protège les habitants de son territoire à tous les âges de la vie. Chef de file des solidarités, le Conseil départemental a placé l’innovation au cœur de ses politiques publiques. C’est pour cette raison que le Département a largement contribué à l’élaboration de la stratégie nationale portée par la délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté. Ainsi, l’organisation de l’action sociale sur le département est déjà en totale adéquation avec le plan pauvreté présenté par le Président de la République.


L’engagement du Département aux cotés de l’Etat se traduit aujourd’hui par un travail commun en vue de signer une convention d'appui à la lutte contre la pauvreté dont l’objectif sera de flécher des financements nationaux sur certaines politiques départementales.

Une contractualisation entre l’Etat et le Conseil départemental, pour quoi faire ?

Le 13 septembre 2018, le Président de la République a présenté la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté qui vise à garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants, à travailler à l'égalité des chances dès les premiers pas pour rompre la reproduction de la pauvreté, assurer à tous les jeunes un parcours de formation leur permettant d’acquérir des compétences et de prendre leur indépendance, rendre les droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l’activité et investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi.


La mise en œuvre de la stratégie nationale s’appuie sur une contractualisation de l'Etat avec les Départements.


La contractualisation repose sur des axes définis au plan national :

- sur un socle commun d’objectifs : o prévenir toute « sortie sèche » pour les jeunes venant de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), o mettre l’accent sur l’insertion des bénéficiaires du RSA, refonder et revaloriser le travail social au service de toutes les familles, en particulier en généralisant les démarches de premier accueil social inconditionnel de proximité et de référent de parcours,

-  sur des actions d’initiative locale portées par les Départements et s’inscrivant dans les axes de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté.



Pour les Pyrénées-Atlantiques, cela représente un apport de l'Etat de 514 547 euros :


-  insertion des bénéficiaires de Revenu de Solidarité Active (RSA) : 197 951 euros,

- accueil social de proximité : 110 000 euros,

- mise en place du référent de parcours : 80 000 euros, -

  accompagnement des jeunes sortant de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) : 33 019 euros,

- actions d’initiative départementale : 93 577 euros.


En parallèle à cette aide de l'Etat, ce dernier demande au Département de consacrer des financements au moins équivalents sur les axes sélectionnés.

Déclinaison des axes et méthodologie

La démarche découlant de cette convention est co-construite et co-animée par les services des Solidarités Humaines du Département et par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS).

Plusieurs groupes de travail sont actuellement à l’œuvre pour élaborer des fiches actions qui déclineront de manière opérationnelle les cinq axes stratégiques. Ils se composent des services départementaux, de l’Etat, de partenaires identifiés mais aussi des usagers afin de construire une démarche participative.
La déclinaison et l’ensemble des actions devront être arrêtés avant le début de l’été 2019.

L’innovation départementale au service des habitants

Les axes stratégiques et les actions en cours de construction sont dans la droite ligne des modes de faire et de l’organisation départementale. En effet, le travail mené à l’occasion du nouveau modèle départemental a permis de transformer l’action sociale afin de la mettre au service des usagers et c’est là aussi l’état d’esprit du plan pauvreté. A ce titre, la direction départementale des Solidarités Humaines a participé aux réflexions menées sur l'enfance dans le cadre de l'élaboration de la stratégie nationale, sur invitation de la délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté.

D'ores et déjà, le Conseil départemental a arrêté le Programme Départemental d'Insertion (PDI) et sa déclinaison en Pacte Territorial Local d'Insertion (PTLI).


-  un PDI innovant car il change de paradigme en alliant d’emblée insertion sociale et insertion professionnelle, 

- l’accompagnement global assuré par les Services Départementaux de la Solidarité Et de l’Insertion (SDSEI) et Pôle emploi auprès des demandeurs d’emploi incarne bien cette alliance d’accompagnement social assuré par nos services, et d’accompagnement professionnel assuré par Pôle emploi,

- pendant de nombreuses années et avant ce PDI, la pratique courante était de traiter d’abord les problématiques sociales avant d’envisager l’insertion professionnelle. La feuille de route du nouveau PDI est d’affirmer que l’on peut travailler les problématiques sociales tout en activant un accompagnement professionnel dans le même temps, o la déclinaison du PDI en PTLI sur chacun des territoires des SDSEI est une action totalement innovante qui a été repérée au niveau national.

Bouton Haut de page