De petits grands spécialistes de l'environnement

Actualités

Lili, en classe de CM1-CM2, explique à des collégiens ce que sont les décomposeurs, micro-organismes dont l'action sur les matières organiques provoque la formation des tourbières. Elle parle également du drosera, une plante mangeuse d'insectes qui pousse dans les Pyrénées-Atlantiques.

Quelques minutes avant, sa camarade, Eléa, avait retracé l'enquête menée par leur classe de l'école primaire de Pontiacq-Viellepinte. Objets de leurs recherches : la tourbière du Bédat.

Commes elles, ils étaient près de 200 garçons et filles à se retrouver ce mardi 14 mars dans la salle Louis-Blazy de Mourenx, afin de partager leurs travaux dans le cadre de l'Eco-parlement des jeunes. Chaque établissement proposait un stand que visitait à tour de rôle les classes présentes, le principe étant d'instaurer un échange d'informations entre les élèves, quel que soit leur âge.

Le lycée Armand-David de Hasparren exposait de très beaux tableaux naturalistes sur les enjeux de la biodiversité et de l'habitat dans le verger conservatoire de leur établissement. Plus loin, le collège Pujo de Sain- Etienne-de-Baïgorry détaillait ses analyses bactériologiques et physiocochimiques de l'eau de la Nive, tandis que l'école primaire de Barinque récoltait les lauriers de la participation avec un jeu de société, de sa création, sur le biotope des tourbières.

Quatre thèmes au choix :

Dispositif d'éducation multipartenarial porté par le Centre permanent d'initiatives pour l'environnement du Béarn, l'Eco-parlement des jeunes concerne cette année 14 classes venues de toutes les Pyrénées-Atlantiques, soit 300 élèves. Mis en place avec le soutien du Département des Pyrénées-Atlantiques, il est ouvert aux écoles primaires, collèges et lycées qui se rencontrent à six reprises. Il se déroule toute au long de l'année.

Chaque classe choisit l'un des quatre thèmes de travail que sont la biodiversité, les cours d'eau, le tri des emballages, le gaspillage alimentaire. Des animateurs spécialistes de ces domaines les accompagnent et interviennent dans leurs classes.

Au-delà de l'acquisition de connaissances et d'un travail nécessaire d'enquête, il est demandé à chaque classe de mettre en place des actions concrètes en faveur de l'environnement, dans leur établissement ou commune. Les élèves écriront également des articles qui paraîtront en juin dans "La Feuille", le journal de l'Eco-parlement des jeunes.

La journée de rencontres organisée à Mourenx concernait huit classes qui travaillent sur la biodiversité et les cours d'eau. Il s'agit d'écoles primaires de Barinque, Eysus, Pontiacq-Viellepinte et Labarraque d'Oloron ; des collèges Pujo de Saint-Etienne-de-Baïgorry et Amikuze de Saint-Palais ; des lycées de Navarre de Saint-Jean-Pied-de-Port et Armand-David de Hasparren.

Une seconde journée aura lieu ce jeudi 16 mars à Oloron-Sainte-Marie pour les six autres établissements qui s'intéressent au gaspillage alimentaire et au recyclage des emballages.

Retour en images sur la journée du 14 mars

Bouton Haut de page